07710 89 83 88delphine@blossom-sophrologie.com
Endométriose : les apports de la Sophrologie

Endométriose : les apports de la Sophrologie

De plus en plus relayée par les médias ces dernières années, et sous l’impulsion des associations de patientes, l’endométriose sort peu à peu de l’anonymat. Maladie chronique généralement récidivante, ses répercutions au quotidien peuvent être multiples et parfois très invalidantes.

Parmi les soins proposés en support des traitements, la sophrologie est une alliée de choix depuis de nombreuses années pour les personnes atteintes…Explications.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

Petit rappel simplifié des cours de biologie… L’utérus est tapissé d’une paroi appelée endomètre. Cette paroi s’épaissit lors du cycle, pour accueillir un œuf fécondé. Si aucune fécondation n’a lieu, cette paroi s’élimine : ce sont les règles. Chez les personnes atteintes d’endométriose, des cellules de l’endomètre « migrent » vers les organes et les régions avoisinantes (trompes, ovaires, vessie, intestin, péritoine…). Ces tissus se comportent comme l’endomètre, soumis aux mêmes variations hormonales, et entraînent des lésions, kystes, adhérences et réactions inflammatoires.

Parce qu’une vidéo est parfois plus parlante:

Quels symptômes ?

On a coutume de dire qu’il n’y a pas une mais des endométrioses, et que les manifestations de la maladie sont très variables d’une personne à une autre.

Fatigue chronique, troubles urinaires et intestinaux, troubles de la fertilité, font partie des manifestations les plus courantes de la maladie.

Mais le symptôme le plus fréquent reste malheureusement la douleur. Pendant et en dehors des règles, pendant les rapports sexuels, lors des passages aux toilettes, présente de façon intermittente ou en continue, la douleur chronique liée à l’endométriose peut affecter profondément et durablement le quotidien des personnes atteintes.

Les traitements

Aujourd’hui aucun traitement ne supprime l’endométriose de façon définitive.

Les traitements sont choisis au cas par cas par les médecins en fonction des patientes, de « leur » endométriose, et de leurs souhaits.

Les traitements médicamenteux sont le plus souvent des traitements hormonaux, pilules, et parfois mise en place de « ménopause artificielle ». A ceux-ci s’ajoutent les traitements des symptômes, selon les besoins (antalgiques le plus souvent).

Dans certains cas des interventions chirurgicales peuvent également être proposées.

Et la Sophrologie dans tout ça ?

En parallèle des prises en charge médicamenteuses et/ou chirurgicales, le rôle des soins de support est d’apporter tout un arsenal de techniques pour mieux vivre son quotidien et sa maladie. Parmi les différentes disciplines proposées, la sophrologie fait partie des approches les plus complètes et efficaces, grâce à sa dimension psychocorporelle.

Son apport se fait à plusieurs niveaux :

  1. La gestion de la douleur

De façon évidente, la gestion de la douleur est la préoccupation principale des personnes que j’accompagne. Ensemble nous faisons le point sur la douleur, la façon dont elle se manifeste et son retentissement sur le moral et le corps. Au travers d’exercices ciblés de respiration, de visualisation et de détente du mental et du corps, la sophrologie propose de travailler sur le vécu de la douleur et offre des outils pour ne plus se sentir démunie face à elle.

  1. Faire face au quotidien

Lorsqu’on est atteint d’une maladie chronique, et d’autant plus lorsqu’elle est douloureuse, c’est tout le quotidien qui est chamboulé. La maladie peut avoir un retentissement sur le vécu de son corps, de sa sexualité. La fatigue chronique, les moments d’abattements et le stress que tout ceci engendre peut rendre le quotidien pesant, influer sur le moral, et brouiller le rapport que l’on entretient avec ce corps qui semble parfois nous trahir. Il faut également compter sur les répercussions sur la vie quotidienne, l’impossibilité parfois d’aller travailler, de sortir, les moments où le corps ne suit plus, fragilisent le moral et l’estime de soi…

La sophrologie propose alors de se réapproprier ses sensations, recréer une alliance entre le mental et le corps, pour qu’il ne soit plus perçu comme un champ de bataille mais de nouveau comme un compagnon de route à soutenir. Remobiliser ses ressources, retrouver le plaisir de ressentir son corps autrement que dans la douleur, acquérir des techniques pour récupérer de la fatigue mentale et physique, apaiser son quotidien tout en respectant ses propres limites, voilà une autre partie importante de mes suivis.

  1. Préparer les examens médicaux

La prise en charge médicale est parfois un véritable parcours du combattant. Interventions chirurgicales, examens divers, parcours PMA, vivre avec une endométriose c’est aussi parfois avoir l’impression que l’hôpital est sa seconde maison. Ces incursions dans le monde médical sont souvent sources d’anxiété. Là encore, la sophrologie propose de se préparer pour aborder ces examens de façon plus apaisée.

En conclusion et pour aller plus loin…

Pour finir cet article, quelques remarques plus personnelles.

Je suis particulièrement investie depuis des années dans l’information, la prévention et l’aide aux personnes touchée par l’endométriose.

En tant qu’infirmière, j’ai eu l’occasion de prendre en charge des patientes en service de gynécologie.

C’est cet intérêt pour les disciplines permettant de « mieux vivre » son corps et sa maladie qui m’a d’abord poussé à m’intéresser à la sophrologie, avant de devenir moi-même sophrologue.

Et lorsqu’il s’agit l’endométriose, ma double casquette d’infirmière et de sophrologue s’enrichit de mon expérience personnelle, en tant que patiente également atteinte par la maladie.

L’endométriose est encore mal connue, parfois même par les professionnels de santé. Il faut encore en moyenne sept ans pour poser le diagnostic, au prix parfois de nombreuses errances médicales. Être suivie par des personnes spécifiquement formées ou possédant une bonne connaissance de la maladie peut parfois faire toute la différence dans un parcours de soin. C’est pourquoi les réseaux endométriose sont aujourd’hui des ressources précieuses pour les patientes.

Les associations ont joué un rôle déterminant ces dernières années dans l’information et la sensibilisation autour de la maladie.

Une des principales association française, EndoFrance, vient d’ouvrir cette année une antenne à Londres. Pour les francophones, c’est une chance d’avoir accès à un soutien en français, à des informations de qualité, mais également de se faire aiguiller vers des professionnels compétents.

N’hésitez pas à joindre leurs représentantes par mail : londres@endofrance.org , et à visiter le site internet EndoFrance

Ressources en anglais: EndometriosisUK 

Laisser un commentaire

infos

  • Mentions légales
  • Politique confidentialité
  • F.A.Q

© All rights reserved

Fermer le menu